128066230_1018121885337193_2287786865050

Blog littéraire et poétique :

Poétise ta vie

Interview Anne-Sophie Hennicker

Dernière mise à jour : janv. 15


Pour la découvrir :

https://anne-sophie5681.wixsite.com/portfolio

Anne-Sophie Hennicker @AHennicker ( twitter )

@anajazart ( Instagram )




Question 1 – Vous avez publié « Destins croisés », tome 1 en 2018  et auto publié le tome 2 chez Librinova https://www.librinova.com/librairie/anne-sophie-hennicker/destins-croises, ainsi que votre prochain roman « Ebbstone » qui sortira le 1er octobre 2020. Pourquoi avoir choisi l'#autoédition et Librinova pour vos deux derniers livres ?


Pour le deuxième tome de ma saga fantastique, je me tâtais à tester quelque chose de nouveau en passant, cette fois-ci, par l’auto-édition. Mon amie et collègue auteure, Charlène Gros-Piron, me parlait énormément de Librinova et avait sauté le pas pour se lancer dans l’aventure en passant par leur plateforme. Je me trouvais dans une impasse, mais les échos qui me parvenaient d’eux et de leur travail me semblaient vraiment positifs. Je me suis donc, à mon tour, lancée sur Librinova. Et franchement, je ne regrette pas ! Je compte rester chez eux durant un très bon moment !



Question 2 – Vos livres sont aussi disponibles sur Amazon. Peut-on les trouver par d'autres canaux de distributions, et notamment en librairie ?


En effet, on peut les retrouver sur toutes les librairies en ligne, mais également si on en fait la demande dans les grandes surfaces, ou librairies physiques. C’est pour cette raison qu’il est important de parler de livres à son libraire (surtout auto-édités) !



Question 3 –  « Destins croisés » est en projet d'adaptation cinématographique. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet et comment en êtes-vous arrivée à ce projet d'adaptation : avez-vous fait des démarches pour trouver des professionnels intéressé(e)s ou est-on venu vers vous pour vous le proposer ?


À vrai dire, l’idée m’est venue du jour au lendemain, lorsque je me trouvais dans cette fameuse impasse. La présence de mes personnages me rongeait beaucoup trop, m’empêchant de me concentrer sur mes autres projets. Le lectorat de « Destins Croisés » commençait à grandir, et les conversations que je pouvais entretenir en privé à ce sujet-là, avec certains lecteurs, tournaient en boucle dans mon esprit. Je ressentais de plus en plus le besoin de les voir vivre ailleurs que dans ma tête ou sur mes illustrations.


Je me suis lancée dans cette nouvelle aventure comme lorsque l’on se jette au beau milieu de l’océan. Au départ, vous coulez, mais vous cherchez un moyen de remonter à la surface pour sortir la tête de l’eau. Puis, une fois que vous êtes à l’air libre, vous essayez de voir par où est-ce que vous pourriez aller. Et les choses se sont faites ainsi, de fil en aiguille. On démarche des personnes, on fait de mauvaises rencontres, mais on apprend et on rebondit toujours plus haut. Et, un jour, lorsque l’on s’y attend le moins, quelqu’un se présente à vous comme un ange tombé du ciel. C’est à ce moment-là qu’on se dit « lui, c’est le bon ! » (le hasard fait très, très bien les choses !)


Je suis consciente que participer à un tel projet est une « chance », et j’en suis sincèrement heureuse et reconnaissante, surtout d’avoir à mes côtés des professionnels bienveillants. Je les remercie toujours de m’accompagner et d’aimer l’histoire et les personnages autant que moi.


À travers ce projet (et d’autres, évidemment), j’aimerais aussi montrer que nous pouvons tous réussir à réaliser nos rêves. Quels qu’ils soient. En y mettant toute notre volonté et en déplaçant des montagnes pour y arriver, tout est possible ! Dans ces moments-là, il faut profiter de chaque instant, car nous n’aurons peut-être pas l’occasion de le revivre deux fois !



Question 4 – Vous êtes autrice et scénariste. Dans ce projet d'adaptation, serez-vous la scénariste ?


En effet, je suis la scénariste, et j’ai eu l’opportunité de travailler non seulement aux côtés d’un réalisateur, mais également d’une scénariste professionnelle qui m’a énormément appris.



Question 5 – Sur votre site https://anne-sophie5681.wixsite.com/portfolio, vous résumez votre saga fantastique par : « les aventures de […] quatre adolescents qui vont devoir affronter de nombreuses péripéties afin de pouvoir vivre librement leur vie, ainsi que leur amour ». A votre âge, 21 ans, que signifie « Vivre librement sa vie et son amour », quelle conception avez-vous de cette « liberté » ?


Je dirais, dans un premier temps, affronter tout ce qui se dresse sur notre chemin. Lorsque quelque chose compte énormément pour nous, amour, projet, et j’en passe, il est de notre devoir de tout faire pour le défendre et le garder le plus longtemps possible. La vie est faite d’épreuves, c’est à nous de réussir à les braver pour pouvoir vivre pleinement ce que l’on souhaite.



Question 6 – En plus d'être autrice et scénariste, vous êtes aussi illustratrice, activité dans laquelle vous vous êtes lancée en novembre 2019. Avez-vous suivi une ou plusieurs formations d'illustratrice ? Si oui la ou lesquelles ?


Je n’ai suivi aucune formation. Je dessine depuis toute petite et me suis lancée sur numérique autour de mes 15-16 ans. Pour parvenir à représenter et à me rapprocher de ce que j’imaginais, je m’imposais un rythme de dessin régulier. En rentrant des cours, le soir, je m’installais devant mon ordinateur pour réaliser de nouvelles illustrations. Au départ, je n’en faisais rien de professionnel et je partageais simplement mes créations sur la toile.


L’idée de proposer mes services m’est venue l’an dernier. Lorsque j’ai estimé que c’était le « bon moment » pour pouvoir réaliser les idées de diverses personnes, je me suis lancée en tant qu’illustratrice indépendante en créant ma micro-entreprise.



Question 7 – Comme vous êtes illustratrice, je suppose que vous avez vous-même illustré les couvertures de vos livres. Comment procédez-vous pour les créer : quels sont vos techniques, outils, méthodes d'illustration, de mise en couleur … ?


Pour créer les couvertures de mes livres, dans un premier temps, j’attends d’avoir LA bonne idée. Celle qui me fera vibrer et m’enthousiasmera rien que d’y penser. Ça peut prendre énormément de temps (un an pour le tome 2 de « Destins Croisés », et deux ans pour « Ebbstone »).


J’effectue un rapide brouillon sur papier, que je passe ensuite sur digital afin de pouvoir travailler sur l’illustration avec ma tablette graphique. Contrairement à beaucoup d’artistes, je n’utilise ni Photoshop ni Adobe Illustrator, mais tout simplement Paint Tool Sai. Il est simple d’utilisation, malgré l’interface qui fait très années 2000 (la première version de PtS, bien sûr).



Question 8 – Combien de temps de travail demande l'illustration d'une couverture ?


Lorsque je suis motivée, très motivée, ça peut prendre deux jours, tout au plus. Je m’assure toujours de me trouver dans une bonne période pour les réaliser. Sinon, ça peut traîner sur une bonne semaine.



Question 9 – Sur votre profil LinkedIn, vous évoquez vos compétences linguistiques, notamment le roumain. Comment vous est venue l'envie d'apprendre cette langue, et l'insérez-vous dans vos livres ?


C’est ma mère, originaire des pays de l’Est, qui m’a transmise l’envie d’apprendre cette langue. Depuis bébé, elle m’a toujours parlé en roumain ainsi qu’en russe, même si c’était plus rare. En grandissant, je comprenais ce que l’on me disait dans ces deux langues, mais comme je ne les pratiquais pas, j’avais des difficultés à m’exprimer et à tenir une vraie conversation (encore plus avec un inconnu, car j’avais l’impression que mon accent était très mauvais).  J’étais limitée à « bonjour », « comment ça va ? », « je m’appelle Anne-Sophie », et tout ce qui est de plus basique.


En quittant le lycée, j’ai voulu me consacrer pleinement à l’apprentissage de ces deux langues, et j’ai donc demandé à ma mère de me les enseigner. En ayant les bases, tout a été rapide et plus simple. Je lui en suis d’ailleurs énormément reconnaissante.


Je n’ai cependant jamais eu l’occasion de les insérer dans mes livres. Peut-être qu’elle se présentera dans les prochains !



Question 10 – Comme dit plus haut, vous avez un projet d'adaptation cinématographique. Rêvez-vous aussi d'une traduction de vos livres et si oui, dans quelle(s) langues ?


En toute honnêteté, pas spécialement. Si un jour, ça devait se faire, pourquoi pas en anglais, mais pour l’instant, ça ne fait pas partie de mes projets.



1 vue0 commentaire